M2 Socio-anthropologie des constructions identitaires

Enseignants en charge du cours

Faouzia BELHACHEMI

 

Objectifs pédagogiques du cours

Les méthodologies de recherche de terrain jouent un rôle important dans ce séminaire par la place qu’occupent le recueil, le traitement, l’analyse des sources. L’exploitation du corpus de sources anciennes de langue arabe, notamment ibadites, dans le tournant des années 1960 a largement permis une réécriture de l’histoire des articulations entre sociétés berbères et non berbères. La sensibilisation des chercheurs à la collecte et l’exploitation des manuscrits est l’un des axes méthodologiques. Les enquêtes de terrain en socio-anthropologie sur lesquelles s’appuient les recherches présentées aux étudiants, sous forme d’entretiens, recueils photos et vidéos sont le point de départ du travail de réflexion sur la permanence des identités sahariennes dans un contexte fortement mondialisé. Elles montrent que seule une démarche pluridisciplinaire permet de saisir ces contextes originaux. Nombre de traits culturels notamment celui des pratiques musicales ou de l’enseignement non formel n’ont jamais été mis à jour jusqu’à aujourd’hui, les contraintes méthodologiques dans le contexte d’une recherche jeune en Algérie et dans les pays de la zone encore inexplorée seront évaluées ici quant aux difficultés dans leur mise en œuvre. Dans ce parcours de formation sont insérées les questions liant recherche de terrain et médiation culturelle par les exemples de coopération institutionnelle avec les parcs nationaux comme l’O.P.N.A de l’Ahaggar en Algérie, les festivals culturels (…) et donc seront traités les problèmes que soulève le développement de recherches appliquées.

Organisation des contenus du cours

Ce séminaire propose d’examiner les étapes de la construction des identités sociales, politiques et religieuses des sociétés d’Afrique musulmane occidentale, des Berbères aux Soninkés, à partir des outils de la socio-anthropologie. Il s’agira de reconstituer d’abord le cadre historique de la formation des grands ensembles politiques nord et ouest africain, au cours de l’islamisation des sociétés qui participent chacune à ce mouvement, à partir des sources écrites anciennes, des traditions orales encore présentes dans les sociétés sur les terrains du Maghreb, Sahara et Sahel. L’analyse critique de l’écriture de l’histoire, les lectures des sources produites de l’intérieur des sociétés (telles que les sources hagiographiques) tout comme de l’extérieur (récits des explorateurs) contribuent à mettre en lumière les procès d’articulation entre milieux géographiques méditerranéen-saharien-sahélien. Ce cadre de travail permettra de réfléchir à la formation des catégories sociales dans un espace traversé par de profondes mutations au cours de l’histoire moderne touchant les milieux ruraux et urbains du Sahara dans lesquels les migrations internes tout comme l’activité des circuits économiques constituent de véritables accélérateurs de ces mutations (essor des villes constituées en véritable réseaux permanents, développement de l’agriculture, appel à la consommation etc.). 

Modalités d’évaluation

Dossier de recherche et examen sur table