Présentation du nouveau Master

Le Master de Sciences sociales Mondes méditerranéens en mouvement a pour objectif de former les étudiant.e.s en sciences sociales, aux problématiques posées par les mutations des sociétés méditerranéennes contemporaines dans leur pluralité. L’acquisition de connaissances et d’outils permettant de répondre de façon innovante aux questions posées dans ces sociétés, s’appuie sur la rencontre d’étudiant.e.s issu.e.s d’horizons géographiques, linguistiques, disciplinaires variés. 

Le master se distingue dans l’offre nationale de masters, par une double spécificité : une approche pluri- et trans- disciplinaire et une démarche comparative à toutes les échelles, indispensables pour rendre intelligible la complexité des espaces méditerranéens.

Ce cursus, associant recherche et insertion professionnelle, forme de futur.e.s chercheur.e.s en sciences sociales et des professionnel.le.s, spécialistes de cette aire, aptes :

- à analyser, concevoir et évaluer des politiques publiques locales, nationales et internationales ;

- à développer une analyse critique des stratégies et politiques de développement territorial dans des contextes socio-politiques spécifiques et à proposer des outils adaptés ;

- à participer à la définition de nouvelles stratégies de développement durable respectueuses des besoins des populations concernées

 

Tableau des enseignements

 

Tableau des enseignements

Tableau des enseignements

 

Organisation et contenu du Master

Organisation et contenu du Master

La transdisciplinarité et la variété des pédagogies mises en place permettent de développer de solides capacités d’analyse critique, de synthèse, de créativité, de médiation et de communication pour les champs professionnels ciblés par le cursus.

Le cursus articule :
`` un` tronc` commun` d’enseignements centrés sur l’aire méditerranéenne associant 6 disciplines - science politique, sociologie, géographie, histoire, anthropologie, économie – et proposant des cours et TD à plusieurs « voix » sur les enjeux de la diversité sociale et culturelle de l’espace considéré.
`une dominante professionnelle marquée sur la base des compétences disciplinaires acquises dans le département Sciences sociales des Mondes méditerranéens et des départements de Science Politique, ou Sociologie, ou Géographie ou Science de l’éducation.
`` l’apprentissage et/ou la consolidation de `plusieurs` langues et la connaissance de leurs contextes culturels.
`` un ensemble d’ateliers méthodologiques articulant recherche et outils professionnels  : pratique des démarches interdisciplinaires ; maîtrise des méthodes d’enquête ; analyse des situations complexes ; valorisation de la recherche ; gestion de projets notamment à l’international ou dans la médiation multiculturelle, conférences professionnelles, techniques rédactionnelles ; etc.
` la réalisation d’un mémoire de recherche fondé sur un terrain ou un stage de longue durée

Stage et insertion professionnelle

Par la variété des situations pédagogiques - cours, ateliers, mémoires, pratique de terrain, stages, travaux individuels et collectifs - ajustées aux besoins des étudiant.e.s par les projets tutorés, le cursus vise à proposer un socle de connaissances et de méthodes partagées et en même temps adaptées à la diversité des profils étudiants. Les itinéraires individualisés sont autant de ressources pour développer des qualités nécessaires à l’expertise.

En M1 : le cursus intègre la possibilité d’un stage court dès la première année et d’un projet tutoré dans une perspective de professionnalisation. Il est également possible de cumuler la rédaction du Mémoire Recherche avec un stage conventionné facultatif.

En M2, les étudiant.e.s ont la possibilité d’effectuer un stage de 4 à 6 mois qui donnera lieu à la rédaction d’un mémoire de stage articulant une démarche de recherche appliquée dans un environnement professionnel. Le terrain de stage ou de recherche, en relation avec les partenaires locaux ou étrangers, permet de tisser un réseau relationnel dans une perspective d’insertion professionnelle.

Cette insertion est également préparée pour tou.te.s au sein des 8 ateliers de professionnalisation proposés au cours de tout le cursus dont
« Gestion de projets à l’international »,
« Techniques d’enquêtes »,
« Techniques d’expression écrites orales et réseaux sociaux »,
« Connaissance des métiers »,
« SIG »,
« Logiciel de traitement d’enquêtes »,
« Métiers de la médiation multiculturelle »

Recherche et mobilités internationales

Les deux unités de recherche de référence :

Le LADYSS` (Laboratoire` Dynamiques sociales et Recomposition des espaces).

L’UMR 7533, présente sur cinq sites (Paris 1, Paris 7, Paris 8, Paris 10, Condorcet), est pluridisciplinaire : géographie, sociologie, économie. Rattaché à deux Instituts du CNRS (INSHS et INEE), elle dépend des sections 36 et 39 du CNRS et comprend actuellement trois transversalités et six ateliers de recherche.
http://www.ladyss.com

Le CRESPPA (Centre` de` Recherches Sociologique et Politiques de Paris), UMR 7217(qui associe le CNRS, l’Université Paris 8 et l’Université Paris 10) fédère le CSU, « Cultures et Sociétés Urbaines », le GTM, « Genre, Travail, Mobilités » et le LabTop, « Laboratoire Théorie du politique ».
http://www.cresppa.cnrs.fr

Le département de Sciences sociales des Mondes méditerranéens de Paris 8 s’appuie sur une expérience, consolidée depuis vingt-cinq ans, d’échanges avec les universités et instituts de recherche de l’aire méditerranéenne - Italie, Espagne, Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, en particulier – et sur un dialogue avec le territoire francilien et dionysien associant institutions universitaires, collectivités territoriales et tissu associatif.

Les E.F.E. (Écoles françaises à l’étranger) et les I.F.R.E (Instituts français de recherche à l’étranger) spécialisés dans la recherche en Sciences sociales dans l’aire méditerranéenne offrent des opportunités de bourse aux doctorants sur les terrains concernés :
EFR (Ecole Française de Rome), EFA (Ecole Française d’Athènes), CJB (Centre Jacques Berque), IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain), IFEA (Institut français d’Etudes anatoliennes), IFPO (Institut français du Proche-Orient) CEDEJ (Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales)

Modalités d’admission

Le recrutement s’adresse tant aux étudiant.e.s français.e.s qu’étranger.e.s, issu.e.s de formations diverses (science politique, géographie, sociologie, anthropologie, histoire, langues et civilisation, littérature, etc.).

Admission sur dossier et entretien. Dossier de candidature doit être rempli sur le site de l’université www.univ-paris8.fr rubrique « Inscriptions » dès le mois de mars 2020. La procédure de dépôt du dossier est totalement dématérialisée.
La date limite du dépôt des candidatures est fixée au 30 mai pour la première session et au 30 juin pour la deuxième session.
Les candidat.e.s présélectionné.e.s seront convoqué.e.s pour un entretien.
L’admission requiert
- l’acquisition de 180 ECTS (correspondant à une licence) pour l’entrée en M1,
- 240 (correspondant à un M1) pour le M2
- ou pouvant bénéficier d’une équivalence pour les études supérieures accomplies à l’étranger (délivrées alors par la commission pédagogique de l’établissement)

Débouchés professionnels et compétences visées

Le parcours de ce master, par sa dimension internationale et pluridisciplinaire, s’appuyant sur la pratique de trois langues, prépare :

* aux métiers de la recherche et de l’enseignement, visant à la promotion dans les universités françaises et étrangères des études et recherches appliquées aux aires culturelles concernées, encouragée par les tutelles, ainsi qu’aux métiers de la coopération universitaire. La mise en place de diplômes en réseau dans les pays du Sud dans le cadre de programmes européens - de types TEMPUS, EU-MONDUS, Erasmus, notamment – est l’un des objectifs du master.

* aux métiers de l’animation et de la promotion des territoires (valorisation du patrimoine et biens culturels, organisation d’événements culturels, tourisme, projets de coopération internationale) aux échelles locales et régionales au service des Collectivités territoriales, des ONG, du monde associatif.

* aux métiers de la coopération culturelle et de la médiation multiculturelle, au service des Etablissements publics et services de l’Etat, de l’Union européenne, des services culturels des ambassades, des instituts et centres culturels dans l’aire méditerranéenne.

* aux métiers du journalisme, de la communication et de la vulgarisation des savoirs scientifiques, à l’interface entre sciences (sociales) et société, aux fonctions de diffusion et d’intermédiation sur des questions en débat requérant une expertise scientifique.