Cursus

Organisation et contenu du Master
 
La transdisciplinarité et la variété des pédagogies mises en place permettent de développer de solides capacités d’analyse critique, de synthèse, de créativité, de médiation et de communication pour les champs professionnels ciblés par le cursus.
 
Le cursus articule :
 
- Un tronc commun d’enseignements centrés sur l’aire méditerranéenne associant 6 disciplines - science politique, sociologie, géographie, histoire, anthropologie, économie – et proposant des cours et TD à plusieurs « voix » sur les enjeux de la diversité sociale et culturelle de l’espace considéré.
 
- Une dominante professionnelle marquée sur la base des compétences disciplinaires acquises dans le département Sciences sociales des Mondes méditerranéens et des départements de Science Politique, ou Sociologie, ou Géographie ou Science de l’éducation.
 
- L’apprentissage et/ou la consolidation de plusieurs langues et la connaissance de leurs contextes culturels.
 
- Un ensemble d’ateliers méthodologiques articulant recherche et outils professionnels  : pratique des démarches interdisciplinaires ; maîtrise des méthodes d’enquête ; analyse des situations complexes ; valorisation de la recherche ; gestion de projets notamment à l’international ou dans la médiation multiculturelle, conférences professionnelles, techniques rédactionnelles ; etc.
 
- La réalisation d’un mémoire de recherche fondé sur un terrain ou un stage de longue durée.
 
Master MMM brochure 2020-2021
Master MM descriptif des enseignements 2020-2021
 
  • Dominante 1 Institutions, pouvoirs, action collective

La dominante « Institutions, pouvoirs, action collective » associe 1 EC obligatoire dispensé dans le département SSMM et la mutualisation d’enseignements dispensés par le Département de Science politique et par le département de Sociologie et d’Anthropologie. Elle fournit aux étudiant.e.s des compétences opératoires pour comprendre les logiques et les effets des divisions et des inégalités structurant nos sociétés au niveau infranational comme supranational, et pour intervenir professionnellement dans ces domaines. Qu’il s’agisse de désamorcer les tensions ou les phénomènes d’exclusion issus de mécanismes de discrimination (origine sociale, raciale, sexuelle, etc.) ou de s’attaquer aux déséquilibres, lourds de conséquences, marquant les relations transnationales, la connaissance des phénomènes sous-jacents accumulée au sein de la formation comme celle des instruments d’action existants (et de leurs éventuels effets pervers), constitueront la clé de la reconnaissance professionnelle des étudiant.e.s. La mutualisation avec le master 1 de Sciences sociales  » permet en particulier de mieux appréhender la dimension essentielle de l’enquête sociologique ou de la démarche anthropologique d’un point de vue épistémologique appliquée à des thématiques particulières (Parcours de M2 : « Mondes urbains et inégalités » ; « Anthropologie de la mondialisation » ) et transposables notamment à l’aire culturelle concernée par notre master tant dans une démarche de recherche que professionnalisante.

  • Dominante 2 - Développement territorial : projets et acteurs

La dominante « Développement territorial : projets et acteurs » s’appuie sur une mutualisation du parcours du Master VARAP du département de Géographie. Ce parcours a pour objectif de former des chercheur.e.s et des spécialistes doté.e.s de compétences en matière de développement territorial en lien avec les dynamiques globales (recherche, mobilisation et gestion des ressources). Les compétences visées doivent permettre aux étudiant.e.s d’identifier les vulnérabilités territoriales, de cerner les mécanismes globaux, régionaux et locaux qui les produisent, de même que les actions et réactions des sociétés qui leur répondent. Sont ainsi mis en œuvre des principes de développement territorial, visant à trouver des solutions dans la mobilisation des ressources locales ou extra-locales et mettant en interaction positive les différents acteurs qui s’y impliquent (Institutions internationales ou suprarégionales, États, pouvoirs locaux, détenteurs de capitaux, entreprises, ONG, habitants, etc.), notamment en organisant et en animant la concertation autour de projets de développement. Pour ce faire, ils/elles sont appelé.es à acquérir de fortes capacités d’intermédiation entre décideurs, aménageurs, gestionnaires et société civile.

  • Dominante 3 - Éducation, langages et pluralisme culturel 

La dominante « Éducation, langages et pluralisme culturel » s’appuie sur une mutualisation des enseignements avec le parcours « Éducation Tout au Long de la Vie (ETLV) » du Master Sciences de l’éducation et le Département d’Études arabes. L’accent est mis sur les apprentissages et l’éducation qui se jouent dans les situations les moins formelles, qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes, sur les interventions éducatives et de formation hors champ scolaire, et sur l’ensemble des ressources culturelles et sociales porteuses d’apprentissages. Elle est particulièrement en phase avec l’évolution d’un monde contemporain où la trajectoire professionnelle est pleine de ruptures et de transformations. Cette dominante offre en même temps aux étudiant.e.s la possibilité de se former à l’analyse critique des systèmes culturels dans les pays du sud et de l’est de la Méditerranée. Qu’il s’agisse de comprendre les dynamiques internes à la civilisation musulmane ou bien les langues et cultures du monde arabe, l’objectif est d’acquérir une compétence d’analyse critique et d’appréciation des phénomènes linguistiques, sociaux, culturels et politiques au sein de ces sociétés.

 

Les sujets des mémoires, validés par les enseignant.es qui les encadrent, s’insèrent dans les thématiques des dominantes et des travaux des laboratoires et équipes de recherche concernés par le master (voir la rubrique "Laboratoires de recherche" du site).

Les masterant.es, sous la direction de leurs directeur.trices de recherche, peuvent être conseillé.es aussi ponctuellement par des doctorant.es qui travaillent sur des sujets proches, et sont invité.es à les présenter et à en débattre, lors des sessions dédiées au travail de recherche. Les séminaires doctoraux accueillent les étudiant.es de master du département Sciences sociales des mondes méditerranéens.
Ces dernier.es sont encouragé.es à publier les résumés de leur recherche ou des articles complets, dans les revues auxquelles coopèrent les enseignant.es-chercheur.es de l’équipe pédagogique, ainsi que sur le site du département, après accord du directeur.trice de mémoire.

Les dominantes du master (voir la rubrique "Les dominantes" du site) constituent un point d’appui important à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales en Méditerranée, par le développement de réseaux de recherche méditerranéens et Nord/Sud, en cohérence avec les orientations scientifiques mises en oeuvre dans les recherches de ses enseignants-chercheurs de l’équipe pédagogique.
Un thème transversal aux différentes disciplines représentées dans le master est défini chaque année et donne lieu, depuis l’année 2016-2017, à une journée d’étude annuelle réunissant des chercheur.es et étudiant.es de master des départements et équipes de recherche de Paris 8 ainsi que des chercheur.es invité.es venant d’autres universités, françaises ou étrangères.